Elio de Angelis

Le joueur de piano

Il aurait eu 62 ans ce 26 mars 2020

Il fut le dernier des aristocrates égarés en F1. Durant la grève de Kyalami en 1982, les pilotes avaient réquisitionné la salle de réception d'un hôtel, installé des lits de fortune, et y avaient passé la nuit pour échapper aux pression exercées par les chefs d'écurie. Mais le temps promettait d'être loong. Alors, Elio de Angelis avait fait venir un piano. Et donné un récital.

Ce Romain appartenait à la génération spontanée des pilotes italiens qui vient à éclore à la fin des années 70. Ils avaient tous le même profil, le même parcours: de l'argent, des pères qui les avaient assis sur des karts à l'âge où les enfants jouent aux billes, et financé ensuite leur ascension. Mais lorsque Colin Chapman convoque cinq jeunes pilotes sur le circuit Paul-Ricard fin 1978, seul le verdict du chronomètre lui importe. De Angelis bat Mansell, Lammers, Cheever et South. Et enlève le siège à pourvoir au sein du team Lotus.

Elio avait donc du talent, comme l'attestent ses deux victoires en F1. Il lui manquait la rage. Il le comprit losqu'il fut confronté au jeune Senna en 1985. Trop longtemps resté chez Lotus, de Angelis voulut repartir d'une copie blanche en signant chez Brabham la saison suivante. Le 14 mai 1986, lors d'(une séance d'essais privés sur le circuit Paul-Ricard, l'aileron arrière de sa Brabham BT55 céda dans les esses de la Verrerie, la courbe la plus rapide du circuit. La Brabham prit feu. Les secours arrivèrent trop tard. De Angelis mourut le lendemain, à l'hôpital de Marseille.

Biographie et Palmarès:

Italien, né le 26 mars 1958 et mort en essais privés sur le Paul Ricard le 15 mai 1986, il a remporté 2 victoires - 3 pole positions - 122 points marqués

Source : "Pilotes légendaire de la Formule 1 - édition Tana - textes Xavier Chimits - 2006"

2016-2020 - Webmaster: Nicolas Van Schooten - All Rights Reserved